Pas d’alcool sur le lieu de travail !

 L’alcool est souvent présent sur le lieu de travail. Lors des pots de départs, des déjeuners d’entreprises, pendant la pause de midi, les after-works etc. Cette consommation sur le lieu de travail comporte des risques pour la santé des salariés (accidents de route travail-maison, conduite de machines, manipulation de machines etc.) et altère leur performance au travail.

D’après la DHS (Deutsche Hauptstelle für Suchtfragen), la consommation d’alcool a des conséquences sur la fréquence et la gravité des accidents de travail ; selon ses estimations 25% de tous les accidents de travail sont causés par l’alcool :

  • à partir d’un taux d’alcoolémie de 0,2 pour mille : le risque d’un accident est doublé ;
  • à partir d’un taux d’alcoolémie de 0,3 pour mille : l’attention et la concentration sont réduites, et une fatigue s’installe plus vite ; le risque d’accident est triplé.
  • à partir d’un taux d’alcoolémie de 0,5 pour mille : le temps de réaction est réduit ; le risque d’accident est quadruplé.
  • à partir d’un taux d’alcoolémie de 0,8 pour mille le sens de l’équilibre, la pensée et la réflexion sur ses actes sont fortement altérées, le risque d’accident est 4 à 5 fois plus élevé ;
  • à partir d’un taux d’alcoolémie de 1,5 pour mille, le risque d’accident est 16 fois plus élevé. 

Dans la brochure « alcool et lieu de travail » (2000), d’autres conséquences sont décrites :

  • des absences pour cause de maladie : l’absentéisme est 3 à 5 fois plus élevé ;
  • diminution des performances, de l’attention et de la concentration des personnes qui consomment, mais aussi des personnes qui sont touchées par la consommation de leurs collègues et qui doivent en conséquences travailler plus et plus vite ;
  • perturbation de la vie sociale (divorce, mauvais climat de travail) et professionnelle (licenciement : chaque 6ième licenciement est causé par l’alcool) ;
  • un tiers des accidents mortels sont en lien avec l’alcool (selon la sécurité routière).

 

 

Chargement...